Présentation de Psydom

PSYDOM est un service privé mobile spécialisé en soins psychiatriques ambulatoires selon les critères 2013 de la commission « Evaluation des besoins en soins psychiatriques

Sur mandat médical, remboursé par les assurances de base des caisses maladie en tiers payant, les infirmiers interviennent directement dans le milieu de vie.

Les soins en psychiatrie de PSYDOM s’adressent à toutes les personnes en souffrance psychique ayant besoin de prestations spécialisées pour commencer ou consolider un suivi.

La demande peut-être faite par la personne elle-même, ses proches, un médecin ou toute autre instance médico-sociale.


Si les soins infirmiers en santé mentale restent notre initiale et principale activité (description complète sous les onglets ci-dessous), le dynamisme de nos membres nous permet d’élargir notre offre à d’autres types de prestations :


Prestations complémentaires

Cours Psydom
Accompagnement de réinsertion AI
Psychothérapie
Supervision

SOINS INFIRMIERS EN SANTE MENTALE



Les troubles psychiques apparaissent la plupart du temps sous forme de crise dont on sort afin de reprendre le cours de son existence. Ils se manifestent sous des formes les plus variées (tristesse, angoisse profonde, perte d’énergie, laisser-aller inhabituel, comportements bizarres, etc.…).

Cette souffrance apparaît le plus souvent lors de périodes clef dans la vie d’un individu. L’impact de ces crises sur l’ensemble des domaines de la vie est considérable. Les personnes peuvent éprouver des difficultés pendant leurs études, au travail, à l’intérieur de la famille, avec les parents, les enfants ou avec les amis. Il s’ensuit un isolement familial, professionnel et social aggravant encore la situation.

Depuis plus de trente ans, la psychiatrie a commencé sa transformation et amorcé une phase de désinstitutionalisation. L’avancement des recherches concernant les traitements médicamenteux a également considérablement amélioré le pronostic de l’évolution des maladies psychiques. Ce mouvement continue aujourd'hui avec le développement de plus en plus important des soins dans le milieu de vie. L'objectif est d'assurer la meilleure qualité de vie possible aux personnes souffrant de troubles psychiatriques en leur permettant d'avoir un logement et de jouer un rôle actif dans notre société.

La prévention des rechutes, l’éducation à la gestion des symptômes, l’intervention précoce, l’intervention en situation de crise, la prévention des conduites à risques et des actes suicidaires, le soutien de la famille, l’orientation, les conseils concernant les traitements sont des moyens permettant le maintien à domicile et l’amélioration de la qualité de vie des patients. Ces programmes de soins bien tolérés par les patients améliorent l'adhésion au traitement et diminuent la contrainte. Les hospitalisations peuvent être prévenues et évitées. Dans d’autres situations, l’hospitalisation peut se faire avec une meilleure collaboration et sans violence, ce qui peut ainsi contribuer à en raccourcir la durée et à favoriser l'alliance du patient.

On passe d’une organisation des soins centrée sur l’hôpital vers une organisation des soins axée sur le lieu de vie de la personne. L ’intervention à domicile trouve alors une place intéressante dans cette profonde mutation. Elle permet d’allier l’amélioration de la qualité des soins à une économie des coûts de la santé.
Une étude faite en 2002 à Lausanne (Bonsack & coll.) montrait que 50% des patients hospitalisés une première fois pour une crise psychotique ne se rendait pas à leur premier entretien chez le psychiatre. Il est primordial dans ces situations d’offrir un suivi en allant à la rencontre des personnes afin de ne pas rompre la continuité des soins. L’infirmier à domicile joue alors un rôle important dans ce système. Il devient un fil rouge entre la personne concernée par la maladie, la famille, le traitement et les autres acteurs du réseau.



PSYDOM utilise de multiples modèles conceptuels de soins au service du patient.

Bien intégré dans le champ actuel de la santé mentale, PSYDOM travaille en réseau avec tous les intervenants.

Dans un processus de qualité, PSYDOM recherche toujours à améliorer ses prestations et sa gestion, à s’intégrer aux structures de soins, ainsi qu’à défendre et développer les soins en psychiatrie à domicile.

Nous fonctionnons avec un intervenant par patient. A son initialisation, la situation de soins est attribuée à l’un d'entre nous. C’est cette même personne qui suivra le patient en toute occasion, excepté en cas de nécessité de remplacement lors de vacances. Cette pratique comporte bien des avantages s’exprimant notamment par une meilleure connaissance des situations, une continuité plus souple, une réponse plus rapide, ainsi qu'une plus grande personnalisation des soins. Les intéressés eux-mêmes en perçoivent les avantages et expriment leur satisfaction.


NOUS DEFINISSONS NOS PRESTATIONS COMME SUIT:


Compétences décrites par la HES-SO depuis 2001

Concevoir, réaliser, évaluer des prestations de soins infirmiers en partenariat avec la clientèle.
Construire, avec la clientèle, une relation professionnelle dans la perspective du projet de soins.
Promouvoir la santé et accompagner la clientèle dans son processus de gestion de la santé.
Evaluer sa pratique professionnelle afin d’ajuster, de développer et de conceptualiser ses interventions.
Contribuer aux recherches conduites par des chercheurs en soins infirmiers et participer à des recherches interdisciplinaires.
Mener des actions de formation auprès des étudiants en soins infirmiers, des pairs et des acteurs du système socio-sanitaire.
Collaborer au fonctionnement du système de santé.
Participer aux démarches qualité du système socio-sanitaire.
S’impliquer par son discours et ses actes, dans le développement et l’explication du rôle infirmier.

Ou encore...

Bio: injections neuroleptiques dépôt ou autres, éventuellement prises de sang (dosages, tests, examens), contrôles des constantes physiologiques, hygiène, etc. Investigations d’éventuelles étiologies somatiques aux troubles psychiques.
Psycho: prévention de la rechute et de l'hospitalisation et soutien post-hospitalisation. Relation d’aide, évaluation des symptômes (tests Beck Hamilton ; Goldberg MMS etc.), mise en place d’objectifs thérapeutiques, soutien des projets de soins, évaluation et contrôle du traitement médicamenteux, évaluation et information au réseau thérapeutique et familial, interventions d'urgence, travail de compréhension et de gestion de la maladie, mise en place de programmes d’exposition pour les troubles anxieux, aide à la structuration dans les activités de la vie quotidienne, stimulation à l’intégration socio-familiale. Travail de compréhension et de repérage des symptômes précurseurs et mise en place de moyens pour éviter ou limiter la décompensation. Aide à la clarification du diagnostic médical.
Social: stimulation et orientation sociale (mise en rapport avec les services sociaux, éducatifs, autorité tutélaire ou autres), accompagnement dans certaines démarches, transports (lorsque ces derniers ont un sens thérapeutique).


retour de l'hôpital, afin de favoriser l'adhésion à un suivi ambulatoire et assurer la médication
intervention précoce chez des personnes débutant une affection psychiatrique
soutien lors d'une période de crise dans le but d’éviter l’hospitalisation prévention des rechutes
promotion des hospitalisations volontaires sans violence par le biais des interventions précoces
soutien et décharge du réseau déjà existant
recherche de solutions avec le réseau (voisins, employeur, famille, amis,...) pour diminuer la désinsertion et diminuer les facteurs de stress
suivi des « patients en refus » fuyant les réseaux traditionnels
suivi régulier de l’efficacité du traitement médicamenteux (introduction, adhérence, changement de molécule, évaluation après arrêt de traitement) aide à l’évaluation diagnostique évaluation clinique (psychométrie)
autres suivis à discuter


PSYDOM est une société simple au sens de l’identité juridique.

Elle est constituée de trois structures indépendantes mais liées par des critères de qualité et d’efficience du fonctionnement. Ces structures sont souples, légères, adaptables aux besoins, mobiles et atteignables.

L’équipe fonctionne dans une synergie productive et motivante, ce qui permet de tirer le meilleur de chaque individualité. Maximisation des avantages d’une collaboration et minimisation des inconvénients d’une association. Un des avantages et de permettre une intervision face à l’ensemble des défis qui se présente à nous.

Nous utilisons l’outil informatique pour le dossier de soins et pour la gestion, ce qui nous permet entre autre de publier un rapport annuel. Nous pouvons aussi nous targuer d’avoir une organisation rigoureuse et uniformisée entre nous tous, adaptable à la pratique de chacun.

La pratique d’indépendant responsabilise énormément. Elle développe un professionnalisme nécessaire à une maîtrise globale des situations.



En 1997, notre conviction de l'importance de l'ambulatoire en psychiatrie nous a conduit à nous engager dans ce secteur.
Laurent Guilland et Stephan Lendais ont fondé, conceptualisé et mis en place un service infirmier spécialisé, indépendant, efficace et apprécié depuis 10 ans.
En continuelle évolution, le service a vécu des mutations lui permettant d’améliorer sans cesse son organisation et son efficience.

PSYDOM est devenu intercantonal depuis janvier 2006. Marie-José Bovet Chervet et Gérard Villarejo ont rejoint l’équipe en créant sur Fribourg une structure similaire à celle de Neuchâtel. Cette dernière évolution permet non seulement un élargissement géographique de l’offre en soins mais aussi un apport stimulant et progressiste dans la gestion d’une structure et d’une équipe plus riche et plus conséquente. Ceci sans ajouter aucune lourdeur au fonctionnement puisque les structures sont indépendantes et autonomes entre elles, liées par des principes de qualité et d’organisation acceptés et ratifiés .

En 2014, Psydom s'implante élgalement sur le canton du Jura, comme dans une suite logique de cantons limotrophes aux besoins similaires. C'est cette fois, Stephan Lendais qui, motivé par des jolies raisons personnelles, décide de s'installer sur la canton du Jura et d'y offrir ainsi ses compétences professionnelles (éprouvées depuis la création de Psydom).

La synergie est le maître mot de notre fonctionnement !
Depuis, les autorités cantonales ont saisi le sujet à travers une démarche de restructuration de la psychiatrie. Les cantons de Neuchâtel et de Fribourg se sont tous deux dotés d’une nouvelle loi allant dans le sens du développement des soins psychiatriques à domicile.

Nous sommes actuellement satisfaits de nous situer en tant que collaborateurs satellites de ces modules institutionnels, confirmés, mais à venir.
Allant dans le même sens de la reconnaissance des soins infirmiers psychiatriques ambulatoires, les autorités de ce pays ont validé le 18 mars 2005 ce volet des soins, par une décision du Tribunal fédéral des assurances à Lucerne. En effet, depuis plusieurs années, les assureurs et leur organe faîtier santésuisse mettaient en doute l'utilité d'admettre le caractère essentiel des soins de traitements psychiatriques à domicile et par conséquent, de les reconnaître dans le catalogue des prestations de soins remboursées par la LaMal. Présentant ainsi une conception des soins discriminant les personnes souffrant de maladies psychiques de celles souffrant de maladies physiques. Ce postulat allait dans un sens opposé de celui a la LaMal, qui lui vise l'égalité des soins pour la population. Les juges en ont donc fait le rappel.
Ce mouvement vers l’ambulatoire en psychiatrie et sa reconnaissance étatique a engendré pour nous, un surcroît de demandes conjugué à une intensification des soins pour les suivis en cours.

Nous pouvons donc réalistement imaginer que PSYDOM pourrait intégrer de nouveaux collaborateurs indépendants dans un avenir proche.


Revue de presse



Lorsque nous recevons une demande d’intervention, nous réalisons par téléphone un pré-dossier et inscrivons la demande en liste d’attente. Il nous faut alors prier le demandeur de patienter. Nous étudions la demande et ses modalités, examinons notre disponibilité et lui donnons une réponse dans la semaine.Comme nous veillons à ne pas dépasser un nombre de suivis limite (taux de saturation), afin de conserver une bonne disponibilité dans nos prises en soins, nous devons attendre que des fréquences d’intervention diminuent ou que des suivis arrivent à terme pour pouvoir en débuter des nouveaux.
La rapidité de nos interventions lors d'une nouvelle demande est donc variable. Notre réponse peut être immédiate ou souffrir d'un délai d'attente de plus d'un mois dans cerrtaine périodes.


Orgines des demandes fribourgeoises en 2010


Origines des demandes neuchâteloises en 2010


Historique des origines des demandes



(C) 2008 - Tous droits réservés

Imprimer cette page